L'Essentiel de vos Informations en temps réel ! L'actualité du monde filtré et résumer rien que pour vous !

Les pays du monde entier se barricadent devant la pandémie de coronavirus. En France, le non-respect des consignes données samedi pourrait pousser à un confinement total.

« Restez chez vous ! » Le message qui circulait sur les réseaux sociaux ce week-end va-t-il devenir une obligation face à ce que beaucoup considèrent être des comportements irresponsables ? Partout la planète se barricade et la France n’y échappe pas.  

Après les restrictions imposées par le gouvernement aux bars, restaurants, discothèques, et à tous les autres lieux « recevant du public non indispensable à la vie du pays », Matignon serait en train de réfléchir à imposer un confinement obligatoire dans certaines parties du pays. Il faut dire que les mesures annoncées samedi n’ont pas réellement eu l’effet escompté. Le Premier ministre avait appelé les Français à « plus de discipline » après avoir « vu trop de gens dans les cafés, les restaurants ». Il n’a sûrement pas été rassuré en voyant le nombre de Français présents dans les parcs, dimanche, dès que le soleil brillait, ou regroupés sur des marchés. 

LIRE AUSSI >> Qui sont les scientifiques qui murmurent à l’oreille du président? 

L’idée du confinement s’impose

Selon Le Parisien, l’exécutif travaille à des mesures beaucoup plus restrictives. « On va vers un confinement généralisé pour le milieu de semaine » expliquait dimanche matin au quotidien un responsable de la majorité. 

Le confinement de l’ensemble de la population est en tout cas un moyen efficace pour enrayer l’épidémie. D’après Le Monde, il aurait été évoqué lors d’une réunion téléphonique, dimanche après-midi, entre les directeurs de cabinet du gouvernement.  

LIRE AUSSI >> Vacances, courses, transports… mode d’emploi du quotidien dans une France semi-confinée 

Face au monde dans les parcs à Paris, au non-respect des consignes, le modèle « à l’italienne » avec un confinement total serait donc une véritable option. « En fonction du degré d’appropriation de la distanciation sociale, on verra s’il est nécessaire d’aller plus loin », avait d’ailleurs reconnu la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, dimanche soir sur RTL. Un message répété ce lundi matin par la porte-parole de La République en Marche Aurore Bergé sur Franceinfo.  

Emmanuel Macron avait aussi annoncé jeudi soir la fermeture des écoles, collèges, lycées et universités du pays à partir de lundi. De même, tous les événements culturels et sportifs ont été annulés, tout comme les rassemblements publics de plus de 100 personnes.  

LIRE AUSSI >> Des profs proposent des cours particuliers dès ce lundi, est-ce légal ? 

Pas de sanctions pénales prévues par la loi

En Italie, des mesures exceptionnelles de confinement ont été prises le 8 mars dans plusieurs provinces en quarantaine du nord de l’Italie, jusqu’au 3 avril. Elles concernent plus de 15 millions d’habitants. Les forces de l’ordre peuvent demander à toute personne effectuant un déplacement d’en justifier le motif, avec par exemple un certificat médical ou une lettre de son employeur. Les personnes qui enfreignent les règles et se déplacent sans raison valable risquent trois mois de détention ou une amende allant jusqu’à 206 euros. 

LIRE AUSSI >> « Nous, citoyens européens, sommes effrayés par la cacophonie face au coronavirus » 

En France, comme le rappelle Ouest-France, la loi française ne prévoit en revanche pas de sanction pénale en cas de non-respect de la quarantaine.  

Face au confinement, des Espagnols tentent tout de même de garder le moral. Comme en Italie, des musiciens envoient des invitations sur Internet pour des « concerts » depuis leurs fenêtres, tandis que des sportifs professionnels diffusent des activités à faire à la maison. À Séville, dans le sud de l’Espagne, un groupe de voisins a joué au bingo depuis leurs balcons, selon une vidéo très partagée sur les réseaux sociaux. Des groupes d’amis, eux, se retrouvent en vidéoconférence pour prendre une bière. 

LIRE AUSSI >> Raphael Enthoven: le virus du délire se répand plus vite que le coronavirus 

Aller vers La Source –>