L'Essentiel de vos Informations en temps réel ! L'actualité du monde filtré et résumer rien que pour vous !

L’annonce du départ de Nathalie Boy de la Tour de la présidence de la LFP après 4 années de mandat a lancé officiellement la campagne pour sa succession. Le conseil d’administration a validé, ce vendredi, la date du 10 septembre prochain pour l’assemblée générale élective. C’est la ligue 1 qui va choisir le nouveau président de la LFP, depuis l’accord trouvé avec les clubs de L2 pour laisser le pouvoir à l’élite contre un chèque de 25 millions supplémentaires sur la répartition des droits TV pour la prochaine saison.

En coulisse les tractations ont déjà commencé et les luttes d’influences également pour trouver le bon candidat au poste de président avant d’évoquer le poste de directeur général exécutif occupé actuellement par Didier Quillot puisque la modification de la gouvernance n’est pas encore d’actualité, même si Nathalie Boy de la Tour elle-même a reconnu que la crise du coronavirus avait mis en lumière « la lourdeur de notre gouvernance, qui comporte un mille-feuille d’instances. Ce système ne nous permet pas d’être aussi agile et efficace qu’on devrait l’être. »

« Quand le Breton veut quelque chose, il fait tout pour l’obtenir! »

Le rêve de certains présidents de clubs comme Nasser Al-Khelaïfi (PSG), Jean-Michel Aulas (OL), Bernard Caïazzo (ASSE) ou encore Gérard Lopez (Lille) est de transformé la ligue en société commerciale dirigée par un PDG (à l’instar de la Premier League par exemple) mais il faudra modifier les statuts et ce n’est pas pour tout de suite. Ces mêmes présidents, cités précédement, travaillent sur le bon profil pour prendre la suite de Nathalie Boy de la Tour avec Noël Le Graët, président de la fédération et le patron du foot français, qui a mis en avant en privé la candidature de Michel Denisot, déjà représentant la FFF au sein du conseil d’administration de la LFP. « Quand le Breton veut quelque chose, il fait tout pour l’obtenir! », lâche un acteur du dossier.

D’autres noms ont été évoqué mais sans trop de succès pour l’heure: Cyril Linette (actuel patron du PMU), Michel Seydoux et Gervais Martel, deux retraités du football toujours influents et souvent consultés. Les anciens présidents de Lille et de Lens ne font pas de commentaire mais laisse circuler leur nom en cette période de tractations. Pour tous ces noms, il faudra passer par la case élection au sein du CA de la LFP au titre des indépendants pour être éventuellement éligible. Ce qui n’est pas le cas de Michel Denisot, donc ou de Vincent Labrune déjà élus. Un ticket Sébastien Bazin (ex-président du PSG)- Victoriano Melero (actuel secrétaire général du PSG) a même été évoqué ces dernières 48 heures pour présider et diriger la ligue. Les deux hommes auraient décliné la proposition.

Evidemment, le sujet a été au coeur des discussions  dans les coursives du stade de France jusque dans la tribune présidentielle  vendredi soir à l’occasion de la dernière finale de la coupe de la Ligue. L’été va être chaud et certains présidents vont garder le téléphone près d’eux ces prochaines semaines pendant que d’autres, parmi les plus influents, ont décidé de séquencer leurs vacances pour ne pas être trop loin des discussions.



Source