L'Essentiel de vos Informations en temps réel ! L'actualité du monde filtré et résumer rien que pour vous !

Une étude observationnelle parue dans le Lancet alerte sur les risques liés au traitement promu par le Pr Raoult et appelle à des essais cliniques plus poussés.

Une nouvelle étude vient jeter un doute sur l’intérêt de l’hydroxychloroquine pour traiter les patients atteints du Covid-19. Ce travail, paru ce vendredi dans la prestigieuse revue The Lancet, ne va pas suffire à lui seul à clore le débat sur cette molécule. Mais il constitue une alerte à prendre très au sérieux sur l’intérêt et les risques potentiels de ce traitement.  

Ses auteurs, des scientifiques suisses et américains (de l’université Harvard notamment), se sont plongés dans les registres hospitaliers de 671 établissements de santé sur six continents. Ils ont recherché les données relatives aux patients hospitalisés pour un Covid entre le 20 décembre 2019 et le 14 avril 2020, et ont examiné le devenir des malades ayant reçu dans les 48 heures suivant leur admission un traitement par chloroquine, par hydroxychloroquine, ou par l’une de ces deux molécules combinées avec un antibiotique.  

Article réservé aux abonnés

Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous et bénéficiez de notre offre

1 € le 1er mois

Je m’abonne maintenant

SANS ENGAGEMENT

Inclus dans l’abonnement Numérique et Audio

  • Magazine audio et magazine numérique augmenté
  • Masterclass de L’Express
  • Accès illimité aux articles sans pub
  • Accès à toutes les newsletters

Aller vers La Source –>