L'Essentiel de vos Informations en temps réel ! L'actualité du monde filtré et résumer rien que pour vous !

Publié le : 01/08/2020 – 17:09

Cinq mois après la mort du jeune Afro-Américain Ahmaud Arbery, abattu par deux hommes alors qu’il faisait son jogging, France 24 est allé à la rencontre de sa famille et de ses amis.

Publicité

« Perdre Ahmaud de cette manière m’a dévasté », confie, émue, Wanda Cooper-Jones, la mère d’Ahmaud Arbery.

Le 23 février 2020 à Brunswick (Géorgie), le jeune Afro-Américain ajoutait son nom à la longue liste des victimes du racisme ordinaire présumé aux États-Unis. Depuis, un mouvement de contestation antiraciste, Black Lives Matter (La vie des Noirs compte), s’est invité dans la campagne présidentielle. « Je suis heureuse que cette mobilisation se soit emparée de sa mémoire », explique Wanda Cooper-Jones au micro de France 24.

« Là-haut, il est heureux de participer au mouvement »

Son fils a été abattu alors qu’il faisait son jogging, à quelques kilomètres de la maison où il a grandi. Le visage du jeune homme âgé de seulement 25 ans a alors envahi les écrans et son histoire a alimenté la mobilisation qui s’empare du pays, davantage encore depuis la mort de George Floyd quelques mois plus tard.

« Je pense que mon fils est au ciel et que là-haut, il est heureux de participer au mouvement », ajoute la mère d’Ahmaud Arbery. Son nom, tout comme celui de George Floyd, et bien d’autres avant eux, résonne dans les manifestations.

« Quand on était gamins, on s’entendait tous bien, les Noirs et les Blancs, et il n’y avait jamais de problème », raconte Akeem Becker, son ami d’enfance. « Mais en grandissant, tu prends conscience de certaines choses, et alors une sorte de séparation commence », poursuit-il, alors que dans le Sud américain, le racisme ordinaire a fait partie du décor de leur enfance.

« Ahmaud et moi, nous avons beaucoup évoqué le racisme, mais il n’aurait jamais imaginé que sa vie serait stoppée net comme ça. »

Aller vers La Source